RDC- Disparition du pasteur qui a demandé à Kabila de passer le relais

Le pasteur François David Ekofo qui avait demandé mi-janvier au président de la République Démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila de «savoir passer le relais», lors d’un culte auquel assistaient la famille présidentielle, est porté disparu depuis le 4 février, indique l’église protestante congolaise.

Dans un communiqué publié mercredi, «la présidence nationale de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) informe les autorités ainsi que l’opinion publique, qu’elle est sans nouvelles de son pasteur François David Ekofo depuis le 4 février 2018».

Depuis ce sermon, le pasteur Ekofo que l’ECC reconnait comme aumônier de la famille présidentielle, s’est mis à vivre en clandestinité. Mais la hiérarchie de l’église qui dit avoir perdu ses traces le 4 février, s’inquiète pour son sort.

Le porte-parole de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco),  Florence Marchal a assuré pour sa part, que le pasteur David Ekofo «…a voyagé à bord d’un vol de l’ONU Kinshasa-Goma-Entebbe (Ouganda) samedi dernier».

Le pasteur s’est ensuite rendu dimanche aux Etats-Unis, a indiqué à la presse un proche du pasteur Ekofo qui a requis l’anonymat. Une photo de la famille du pasteur circule dans les réseaux sociaux prétendant qu’il se trouve depuis deux jours, avec les siens aux Etats-Unis.

Alors que les manifestations pour exiger le départ de Joseph Kabila se poursuivent, le pasteur Ekofo avait, le 16 janvier dernier, demandé au président Joseph Kabila de «savoir passer le relais comme dans une course pour que le pays entier gagne».

Ce jour-là, la famille présidentielle et les membres de différentes institutions du pays, assistaient à un culte organisé en mémoire du 17e anniversaire de l’assassinat du président Laurent Kabila, père de l’actuel chef de l’Etat congolais.

Un autre religieux, le prêtre catholique Sébastien Yebo arrêté samedi à Kinshasa, par les services de renseignements de la police a déclaré le lendemain avoir été libéré le même jour après plusieurs heures de détention.

Le comité de coordination des laïcs catholiques a, de nouveau, appelé à d’autres marches le 16 mars prochain, pour demander le départ de Joseph Kabila au profit d’une transition, en attendant la prochaine présidentielle prévue le 23 décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.