Publié Le : mar, Déc 12th, 2017

Benin : Un député de l’opposition mis en cause dans un trafic de faux médicaments

Des centaines de cartons de médicaments ont été saisis par la police béninoise au domicile de Mohamed Atao Hinnouhoun, un député de l’opposition, suite à une perquisition.

Le député et son épouse sont mis en cause pour trafic de faux médicaments, mais leurs avocats et soutiens dénoncent une cabale montée par le pouvoir.

« Tout le monde sait au Bénin que Mohamed Atao importe des produits pharmaceutiques. La Direction nationale des pharmacies, qui est compétente pour délivrer les certificats de mise en consommation, en a délivré et ces produits ont été entreposés dans ses magasins», explique l’un de ses avocats, Me Alfred Bocovo, affirmant que la bataille judiciaire engagé contre son client est «aussi politique».

Ses soutiens, notamment, un groupe d’acteurs politiques avec à leur tête Nicephore Soglo, ancien président de la République, présentent le parlementaire comme une autre victime de la gouvernance Talon, le président de la république élu, il y a un an et demi et qui exerce sans le soutien d’un parti politique.

L’opération nationale de lutte contre le trafic de faux médicaments a commencé depuis jeudi et se poursuit dans le pays.

Selon les faits rapportés, la police a perquisitionné un magasin puis un domicile, appartenant au député Mohamed Atao Hinnouho, suite à des révélations d’un suspect interpellé qui aurait avoué que son fournisseur est l’épouse du député.

Quand la police débarqua au domicile du jeune député pour une perquisition, il s’interpose, arguant de son immunité parlementaire. Il est soutenu par les populations qui font recours aux Jets de pierres et incendient des pneus, face aux policiers qui utilisaient des gaz lacrymogènes.

La police est alors revenue le lendemain pour finalement mener la perquisition au domicile du parlementaire dans la nuit du vendredi à samedi dernier en l’absence du député et son épouse  qui n’ont pas répondu à la convocation de la police, selon des témoins.

La police qui aurait interpellé un ressortissant indien, collaborateur du député, n’a pas fait de déclaration depuis lors.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>