Le Premier ministre marocain prend les commandes du parti islamiste

Le parti Justice et développement (PJD- au pouvoir), a élu dimanche, le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani, au poste de Secrétaire général.

El Othmani, 61 ans, à la tête du gouvernement de coalition depuis 2011, a été élu à l’issue d’un Congrès de son parti, a indiqué le PJD sur son site web.

Psychiatre de formation et une des principales figures du Parti justice et développement, dont il a été secrétaire général de 2004 à 2008, El Othmani remplace Abdelilah Benkirane, l’ancien chef du gouvernement, patron incontesté du PJD depuis 2008 et pendant longtemps, un poids lourd de la vie politique marocaine.

L’ancien chef du gouvernement perd encore une autre bataille après avoir été évincé par le roi Mohammed VI de l’exécutif, faute de n’avoir pas pu former à temps, une coalition gouvernementale.

C’était la première fois dans son histoire récente que le pays est resté aussi longtemps sans gouvernement, même si cette situation n’a eu que peu d’impact sur le quotidien des Marocains et le fonctionnement des institutions publiques et privées.

Après le limogeage de Benkirane, son successeur avait dû faire concession pour la formation d’une coalition, suscitant  des remous dans les rangs de son propre partie le PJD.

Le parti s’était vu attribuer peu de ministères clés, El Othmani ayant accepté de céder les portefeuilles stratégiques à d’autres formations politiques.

La perte de son poste de secrétaire général du PJD est donc un revers de plus pour Abdeilah Benkirane qui pourrait fort probablement faire le constat de la fin de sa carrière politique après le rejet par les cadres du PJD d’amender le règlement interne afin d’instituer un troisième mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.