Liberia/Présidentielle: Weah et Boakai face-à-face au second tour

Le sénateur George Weah, légende du football africain, et le vice-président Joseph Boakai n’ayant pas obtenu la majorité absolue des voix, se retrouvent pour un duel final au second tour de l’élection présidentielle au Liberia.

Au terme du premier tour du scrutin, aucun des candidats en lice n’a été proclamé vainqueur ce dimanche par la Commission électorale (NEC), mais George Weah arrive quand même en tête, avec quelque 572.000 voix, soit 39% des suffrages, nettement devant Jospeh Boakai qui ne compte que 427.000 voix, soit 29,1% des suffrages.

Le président de la NEC, Jerome Korkoya, a précisé lors d’une conférence de presse que quelque 1,55 million de suffrages ont été déjà dépouillés, pour un taux de participation moyen de 74,5%.

Ces résultats sont plutôt défavorables aux 18 autres candidats qui sont largement distancés. C’est le cas de l’avocat et vétéran de la politique Charles Brumskine qui vient en troisième position, avec 9,8% des suffrages, devant Alexander Cummings, ancien dirigeant de Coca-Cola pour l’Afrique, à 7,1%, suivi par le sénateur Prince Johnson, chef de milice pendant la guerre civile (1989-2003, quelque 250.000 morts), à 7%.

Sur les 15 provinces du pays, M. Weah faisait la course en tête dans 12, y compris celle de la capitale, Monrovia, dont il est sénateur depuis 2014 et qui concentre près de 40% des 2,1 millions d’électeurs.

Son challenger pour le second tour, M. Boakai est en pole position pour s’imposer dans deux provinces, dont sa région natale de Lofa dans le nord, la quatrième en nombre d’électeurs.

Selon la Constitution, le second tour est organisé le deuxième mardi qui suit l’annonce du résultat final.

Après le vote, l’ancien président ghanéen John Dramani Mahama, chef des observateurs de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), a exhorté les candidats à «accepter avec élégance la volonté du peuple», et à ne recourir qu’aux «moyens légaux» en cas de contestation.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a de son coté « salué la tenue pacifique du scrutin» et félicité les Libériens pour s’être rendus aux urnes «en grand nombre et avec enthousiasme».

Les électeurs de ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest ont également voté pour renouveler les 73 sièges de la Chambre des représentants. Les législatives ne comportent qu’un seul tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.