Côte d’Ivoire: Nouveaux mouvements d’humeur d’anciens rebelles

Une nouvelle manifestation d’anciens rebelles ivoiriens démobilisés a eu lieu lundi dans l’État de Man, dans l’ouest du pays, tandis que d’autres ont voulu occuper la préfecture de Bouaké, dans le centre, avec pour objectif d’obtenir de l’argent de l’Etat.

Fin mai, quelque 6.000 « démobilisés » avaient réclamé 18.000 000 FCFA pour chacun lors d’une manifestation violemment réprimée par les forces de l’ordre, et qui s’était soldée par la mort de quatre d’entre eux.

Mais cela n’a pas empêché lundi, « au moins 200 ex-rebelles démobilisés » de se rendre à la préfecture de Man pour réclamer « une prime de guerre de 18 millions de francs CFA par personne », selon leur porte-parole Julien Kessé.

Selon leur porte-parole, les démobilisés se disent lésés parce que leurs camarades qui ont combattu comme eux « et qui ont été recrutés dans l’armée ont eu 12 millions récemment » et eux n’ont rien perçu.

Chérif Lacina, un autre ex-rebelle, plus modéré dit attendre un geste du gouvernement a défaut des « 18 millions ».

A Bouaké, la deuxième grande ville de la Côte d’Ivoire, le mouvement de colère a mobilisé seulement une vingtaine de démobilisés à la préfecture. Le préfet étant absent, les démobilisés ont reporté leur projet.

« On n’a plus d’argent pour payer nos loyers et on venait se loger avec le préfet jusqu’à ce que l’État ait une oreille attentive à nos revendications », a prévenu Aboudou Diakité, l’un des responsables des démobilisés.

La Côte d’ivoire a été secouée par des mouvements de colère de soldats mutins depuis le mois de janvier. Ces soldats, qui sont d’anciens rebelles des forces nouvelles intégrés dans l’armée, ont obtenu gain de cause au mois de Mai. Le gouvernement ivoirien a payé à chacun des 8400 membres du contingent, la somme de 12 millions de Fcfa.

Ces démobilisés qui manifestaient lundi, réclamaient le même traitement que ces anciens rebelles devenus soldats dans l’armée, lesquels avaient obtenu de l’argent de l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.