Pérou: Une activiste du Polisario bloquée à l’aéroport de Lima et renvoyée en Espagne

Le Pérou a renvoyé mercredi vers l’Espagne, une activiste du Polisario, un  mouvement séparatiste revendiquant l’indépendance du Sahara, la région sud du Maroc, et qui était bloquée depuis une vingtaine de jours à l’aéroport de Lima en raison d’une interdiction d’entrée sur le territoire péruvien.

Khadijetu El Mokhtar Sidahmed, arrivée le 9 septembre à Lima, avait introduit un recours devant les tribunaux péruviens pour contester la décision des autorités migratoires péruviennes qui lui refusaient l’entrée dans ce pays en tant que représentante de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), une entité autoproclamée par le Polisario et l’Algérie et non reconnue par l’ONU.

Disposant de la nationalité et d’un passeport espagnols, la fausse diplomate avait alors refusé de quitter la zone de transit de l’aéroport dans l’attente de la réponse à son recours.

« Le gouvernement péruvien ne reconnaît pas l’exercice officiel de représentation et de diplomatie à des délégués de la RASD dans notre pays » et « n’envisage pas de rétablir les relations diplomatiques avec la RASD », suspendues depuis 1996, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué pour justifier le renvoi de Khadijetu El Mokhtar. Lima avait reconnu la RASD dans les années 1980.

Selon une source du ministère des Affaires étrangères à Lima, « le rapatriement était l’unique solution puisqu’il y avait interdiction d’entrée sur le territoire ».

Cette décision des autorités péruviennes intervient après le précédent séjour de Jadiyetu El Mohtar, du 10 juin au 18 août, lors duquel elle était entrée au Pérou avec son passeport espagnol et un statut de touriste.

Mais selon les autorités migratoires, elle a mené « plusieurs activités à caractère politique, en s’attribuant la qualité d’ambassadrice de la République arabe sahraouie démocratique, avec qui le Pérou a rompu ses relations diplomatiques ».

L’ONU tente de relancer les négociations politiques entre le Polisario, un mouvement politico-militaire soutenu par l’Algérie qui revendique l’indépendance du Sahara, tandis que le Maroc propose l’autonomie de cette région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.