Publié Le : mer, Août 9th, 2017

Dix interpellations après les incidents meurtriers dans le stade de Dakar

Dix supporters de foot du club sénégalais de l’US Ouakam, équipe mise en cause après les incidents qui ont fait huit morts et des centaines de blessés à la mi-juillet à Dakar lors de la finale de la Coupe de la Ligue, ont été interpellés lundi pour «meurtres, coups et blessures volontaires» et placés en garde à vue.

Le stade Demba-Diop de la capitale sénégalaise était plein à craquer de supporters venus soutenir les deux équipes locales, l’US Ouakam et le Stade de Mbour, pour cette finale très attendue. Durant les prolongations, alors que le score était de 2 buts à 1 en faveur du Stade de Mbour, des supporters de l’US Ouakam ont commencé à lancer des pierres sur des fans du Stade de Mbour, causant le départ précipité de spectateurs.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters, qui avaient envahi la pelouse, tandis qu’une partie du mur soutenant des gradins où se trouvaient des supporters des deux camps s’effondrait. La foule a alors été prise de panique et des personnes ont été écrasées dans le mouvement, conduisant au drame.

Les autorités sénégalaises avaient alors suspendu toutes les manifestations sportives et culturelles dans le pays jusqu’aux législatives et promis de renforcer la sécurité dans les stades. Le porte-parole du gouvernement avait aussi précisé qu’une information judiciaire sera ouverte et promis que « la loi (serait) appliquée dans toute sa rigueur » après cette « violence inacceptable ».

Suite à l’enquête, le club de l’US Ouakam, un quartier de Dakar, a été reconnu « exclusivement responsable » des incidents et ses supporters ont commis « une faute grave et inadmissible » et la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), l’a lourdement sanctionné.

L’une des personnes arrêtées est le président du club des supporters de l’US Ouakam, qui est accusé de ne pas avoir dénoncé des partisans du club recherchés par la police. Il est mis en cause pour « recel de malfaiteurs ».

Le Sénégal a déjà été critiqué cette année pour ses antécédents en matière de sécurité lors de grands événements, notamment après la mort de dizaines de personnes lors d’une manifestation religieuse en avril.

Le ministre des Sports, Matar Ba, a récemment déclaré à la presse vouloir « prendre des mesures fortes pour qu’un tel événement ne se reproduise jamais au Sénégal ».

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>