Le Nigeria exporte désormais son igname en Europe et aux Etats-Unis

Le Nigeria a commencé ce jeudi à exporter des ignames vers l’Europe et les États-Unis, avec pour objectifs de multiplier les sources de revenue de son économie actuellement en grande difficulté et d’augmenter le stock des devises étrangères dans le pays.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Nigeria produit 61%, et sa première cargaison d’igname à destination des deux continents est partie jeudi du port de Lagos, la capitale économique du pays, en présence du ministre de l’Agriculture Audu Ogbeh qui a précisé que toute la production de tubercule n’est pas consommée dans le pays et une partie est gaspillée.

« Le pétrole et le gaz ne peuvent pas employer des millions de personnes contrairement à l’agriculture. Nous devons donc travailler dur pour gagner des devises en passant du pétrole à l’agriculture », a-t-il affirmé.

Au cours d’une conférence de presse, Audu Ogbeh a indiqué que dans le but d’encourager le commerce extérieur du pays et assurer une plus grande compétitivité des produits nigérians sur le marché mondial, les montants des taxes d’inspection sur les produits exportés seraient réduits.

Aussi, « pour rendre l’igname compétitif, nous devons trouver des emballages et le type de camions adaptés pour transporter le produit », a-t-il ajouté.

Avec la pénurie alimentaire qui touche une partie des régions du nord-est du pays – touchée par le conflit de Boko Haram – et l’augmentation des prix de biens alimentaires d’environ 20%, les consommateurs locaux s’inquiètent pour la hausse du prix du tubercule.

Le prix des ignames, qui est un aliment de base au Nigeria, a explosé il y a environ un an, au moment où le pays était entré en récession en raison de la chute du prix du pétrole.

Et pour une partie de la population, la politique d’exportation d’ignames va aggraver ses souffrances. Un tubercule d’igname qui coûte habituellement entre 200 et 300 naira (56-83 centimes d’euro) est aujourd’hui vendu 1.000 naira, selon des habitants de la capitale, et avec les exportations, les prix vont encore augmenter, s’inquiètent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.