Publié Le : lun, Mai 1st, 2017

Premier grand rassemblement de l’opposition burkinabé contre le pouvoir de Roch Kaboré

L’opposition burkinabé recomposée a mobilisé  près de 5.000 personnes samedi dernier à la Maison du Peuple de Ouagadougou, dans un premier grand rassemblement depuis l’accession de Roch Marc Christian Kabore à la présidence en décembre 2015.

Cette nouvelle plate-forme de l’opposition comprend une trentaine de formations politiques et à leur tête l’Union pour le progrès et le changement (UPC de Zephyrin Diabré) et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, l’ancien parti de Blaise Compaoré).

Face à des militants en phase avec son discours, Diabré a «rappelé que le peuple a faim, que les jeunes sont au chômage, que l’argent ne circule pas, que les soins ne sont pas gratuits (…) que les femmes sont dans la misère».

«Nos amis en face ont peur de la colère du peuple, peur d’une nouvelle insurrection. C’est normal. Comme on dit dans la tradition : ‘L’assassin sait que le coup de gourdin fait mal’ (…) Qu’ils fassent attention!», a lancé M. Diabré en direction du camp présidentiel.

Le mot d’ordre «attention», l’un des principaux slogans pendant l’insurrection d’octobre 2014, a été repris à maintes reprises par les militants, en guise d’approbation du message de leur leader pour qui «la corruption est repartie de plus belle dans le pays des hommes intègres (Burkina Faso)».

Diabré et l’ensemble de l’opposition ont présenté un programme commun ainsi qu’un «questionnaire de 200 marqueurs» pour suivre la politique du gouvernement.

Le chef de l’opposition burkinabé a également évoqué la préparation d’une motion de censure. M. Diabré a été pendant des années le principal opposant à Blaise Compaoré, renversé par la rue en octobre 2014, après 27 ans à la tête du pays. Après un an de transition et une élection démocratique, Roch Marc Christian Kaboré, un ancien du parti de M. Compaoré, a été élu.

Par ailleurs, le procès de Blaise Compaoré et de 31 membres de son dernier gouvernement, poursuivis pour la répression de l’insurrection populaire d’octobre 2014, qui avait fait 24 morts et 625 blessés, selon le bilan officiel, devait s’ouvrir la semaine dernière. Mais, il a été reporté au 4 mai 2017.

Enregistrer

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>