Le président mauritanien reçoit une délégation marocaine venue « dissiper tout malentendu »

Le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane a quitté mercredi, la Mauritanie à l’issue d’une audience que lui a accordée le président Mohamed Ould Abdel Aziz dans sa résidence à Zouirate, où il passe ses vacances de fin d’année.

Le chef du gouvernement marocain qui était accompagné de son ministre délégué aux Affaires étrangères, Nasser Bourita, a transmis au cours de cette visite-éclair, un message du roi Mohammed VI au président Ould Abdel Aziz.
Le déplacement de Benkirane à Zouirate (600 Km au nord de Nouakchott), a permis au Maroc de clarifier sa position auprès des voisins mauritaniens, à propos des déclarations de Hamid Chabat.

Après une audience qui a duré 45 minutes, Abdelilah Benkirane a émis le souhait de voir les relations entre les deux pays prendre un nouvel élan et réitéré devant la presse locale, la condamnation, par le Maroc, des «propos irresponsables» du S.G du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat qui a déclaré le 24 décembre dernier, que la Mauritanie était «une terre marocaine», des propos qui ont vivement irrité les voisins mauritaniens.

Le chef de gouvernement marocain a été dépêché par le Roi Mohammed en Mauritanie, spécialement pour « dissiper tout malentendu qui pourrait avoir un impact négatif sur les excellentes relations » entre les deux pays frères.

Dans une brève déclaration à la presse sa sortie d’audience, Benkirane, cité par l’Agence mauritanienne d’information (AMI), a indiqué que les « déclarations de M. Chabat n’engagent que lui-même. Elles ne reflètent ni la position du roi Mohammed, ni celle du gouvernement, ni celle du peuple marocain ».

Il a en outre, rappelé que les relations entre les deux pays «sont fondées sur des bases solides faites de respect mutuel, de bon voisinage et de coopération mutuellement avantageuses».

«Les jours à venir, a-t-il assuré, vont connaitre un renforcement des relations de coopération entre les deux pays frères ».

Aucune déclaration attribuée au président Aziz n’a été rapportée.

Cet incident est intervenu alors que les relations se sont distendues ces dernières années entre les deux pays voisins, et dans le conteste des préparatifs en cours pour le retour attendu en ce mois de janvier, du Maroc au sein de l’Union Africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.