Le Maroc s’attend à une production record des céréales en 2017

L’ambitieuse stratégie agricole dénommée Plan Maroc Vert (PMV), adoptée en 2008 par le royaume Chérifien commence à donner des résultats probants, à en croire le bilan dressé par le ministre marocain de l’agriculture, Aziz Akhannouch ce lundi à Meknès, à l’occasion des 9èmes assises de l’Agriculture.

Le PMV, a-t-il précisé, a permis la création de plus de 300.000 exploitations agricoles (pour un total aujourd’hui de 1,8 million d’exploitations), de même qu’un « progrès significatif dans la mécanisation » du secteur, ainsi qu’une hausse des cheptels ovin (+18%) et bovin (+43%).

Une quinzaine de ministres de l’Agriculture dont ceux d’Italie et d’Espagne participent à cette grande rencontre annuelle consacrée à l’agriculture au Maroc et en Afrique.

Selon Aziz Akhannouch, la production agricole, moteur de croissance de l’économie marocaine, devrait atteindre un niveau « remarquable » en 2017 avec une production céréalière « record ».

Selon le ministre de l’agriculture, la production céréalière sera durant la campagne 2016-2017, de l’ordre de 102 millions de quintaux, en hausse de 203% par rapport à la campagne précédente, avec pour élément moteur, « une bonne pluviométrie, bien répartie dans l’espace et le temps couplée d’une température modérée ».

Il s’est félicité d' »une croissance remarquable de la production de l’ensemble des filières agricoles, en l’occurrence celle des agrumes qui affiche une récolte de 2,4 millions de tonnes (+20%) et celle des dattes avec une production de 117.000 tonnes.

Au Maroc, l’agriculture reste de loin le premier contributeur au produit intérieur brut (PIB), devant le tourisme et l’industrie et fait vivre 40% de la population du royaume.

Le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, qui était l’invité d’honneur à ces assises, n’a pas caché le souhait de son pays de s’inspirer du modèle marocain.

Conakry et Rabat sont liés par trois projets pilotes agricoles signés en février dernier dans la capitale de la Guinée en présence des chefs d’Etats des deux pays. Il s’agit d’un projet d’aménagement hydro-agricole d’une superficie de 200 à 300 hectares, d’un projet d’agrégation de petits agriculteurs guinéens autour de la filière maïs et d’un accord de fourniture de 100.000 tonnes d’engrais par l’Office chérifien des phosphates (OCP).

Le président Condé assistera également à la cérémonie inaugurale ce mardi à Meknès, du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.