La recrudescence des violations des droits humains en Centrafrique inquiète la Minusca

minusca-caLa Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) révèle que les violations des droits de l’homme commises par des groupes armés dans le pays connaissent « une augmentation alarmante » depuis août dernier avec au moins une centaine de morts.

Présentant un rapport sur la situation des droits de l’homme en Centrafrique, la Minsuca a indiqué dans un communiqué avoir enregistré ‘’une augmentation alarmante du nombre de cas de violations et d’abus commis par les différentes factions des ex-Séléka, anti-balaka et leurs affiliés’’. Ces incidents ont causé la mort d’au moins 100 personnes, précise le communiqué.

« La division des droits de l’homme (DDH) a documenté 1.301 cas de violations et d’abus des droits de l’homme affectant au moins 2.473 victimes », écrit la Minusca, soit +70% par rapport à une précédente étude « de septembre 2014 au 31 mai 2015 ».

La Munisca dénonce «des exécutions arbitraires, des traitements cruels, inhumains ou dégradants, des violences sexuelles, des privations arbitraires de liberté, des destructions et des confiscations de biens, et des restrictions à la liberté de mouvement ».

La mission de l’Onu a dénombré dans son rapport  « 203 enfants dont 91 garçons et 67 filles » avec des cas de viols et de violences sexuelles « affectant un total de 46 enfants (31 filles et 15 garçons) ».

Ce rapport qui porte sur la période juin 2015-mars 2016 pointe du doigt  » des éléments des groupes armés anti-balaka, ex-Séléka (…) la LRA, et des Foulani (ndr: Peuls) affiliés » à des groupes armés.

La Centrafrique peine à se relever des conflits communautaires initiés en 2013 entre les rebelles Séléka prétendant défendre les droits de la minorité musulmane, et les milices anti-balaka majoritairement chrétiennes.

Le rapport recommande aux autorités de la Centrafrique de donner la priorité à « la lutte contre l’impunité » et demande le soutien de la communauté internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.