Pointe-Noire : Une ville en pleine ébullition

Pointe-Noire, la deuxième ville de la République du Congo, connaît actuellement un dynamisme économique sans pareil. Pour cause, plusieurs projets sont en cours dans cette cité côtière et ce, dans divers domaines.

On peut le constater en observant le secteur minier : bien d’opérateurs s’installent à Pointe-Noire, attirés par la potasse que regorge le Kouilou (à une vingtaine de kilomètres de Pointe-Noire). Ainsi, pour pouvoir travailler cette matière première, cette province sera dotée, d’ici 2012, d’une usine contre un montant d’environs 1 milliard de dollars. Cette nouvelle unité, co-détenue par la China National Complete Plant Import and Export Co. (50,1%), MagMinerals Potasses Congo (39,9%) et l’Etat congolais (10%), pourrait faire du Congo l’un des majeurs producteurs africains de potasse.

De même que le primaire, le secteur secondaire n’est pas en reste. On le voit, par exemple, en ce qui concerne la fourniture électrique. Actuellement, pour un coût de 455 millions de dollars, l’entreprise italienne ENI est entrain de terminer les travaux de construction d’une centrale électrique au Sud de Pointe-Noire. Celle-ci, bien qu’inachevée, génère déjà 100 MWh. Ce qui suffit à la ville en attendant qu’elle atteigne sa capacité maximale de plus de 300 MWh à l’horizon 2013, chose qui confortera les activités industrielles que connaît la ville.

Autre secteur en plein mouvement, c’est celui des BTP. L’économie locale étant en bonne santé, la construction des industries, des bureaux et des habitations prend de l’importance. Ce qui arrange, par ricochet, les métiers connexes comme celui des commissions. Egalement, avec l’afflux de personnes à Pointe-Noire, le secteur de l’hôtellerie et la restauration tire son épingle du jeu. Et bien d’autres secteurs encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.