Afrique du Sud : Le gouvernement qualifie de crédibles les élections municipales

af-sud-municipalesLe gouvernement sud-africain a déclaré ce dimanche, que les élections municipales du 3 août dernier, sont libres, justes et crédibles, félicitant par la même occasion la commission électorale.

«Nous félicitons la Commission électorale indépendante (CEI) pour avoir réussi à manager les élections d’une manière transparente, diligente et exemplaire, avec seulement des incidents négatifs minimes», a déclaré Van Rooyen, ministre de la Gouvernance coopérative et des Affaires traditionnelles.

Van Rooyen a affirmé devant la presse à Pretoria, que «la CEI a construit sa réputation en organisant des élections réussies et crédibles», exprimant la satisfaction du gouvernement de la maturité politique manifestée lors des élections.

Le gouvernement a apprécié également selon le ministre qui est aussi le président du comité interministériel (CIM) pour les élections, que les partis politiques et les candidats aient pris part aux élections du 3 août.

Les postes municipaux et les sièges parlementaires ont été disputés par plus de 200 partis qui ont participé aux élections, avec 61.014 candidats.

Les missions d’observation du Conseil sud-africain des églises et de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) ont également décrit les élections municipales comme étant libres, justes et crédibles.

Selon les résultats du scrutin, l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a subi samedi un revers historique à ces élections municipales après avoir été devancé dans la capitale Pretoria par le principal parti d’opposition, la DA (Alliance Démocratique), selon les résultats communiqués par la Commission électorale.

Cette défaite vient s’ajouter à celle enregistrée vendredi par l’ANC à Nelson Mandela Bay, sixième métropole du pays qui contient Port Elizabeth, un bastion de la lutte contre l’apartheid, également remportée par la DA (46,7% contre 40%).

« C’est un point de basculement pour le peuple d’Afrique du Sud. Cela montre que nous ne sommes pas seulement un parti d’opposition mais de gouvernement », s’est réjoui samedi Mmusi Maimane le leader de la DA.

Ces mauvais résultats sont historiques pour le parti de Nelson Mandela qui gouverne l’Afrique du Sud depuis la fin de la dictature raciale de l’apartheid et l’avènement de la démocratie en 1994.

Mais au niveau national, l’ANC reste le premier parti du pays enregistrant néanmoins, un important recul dans les urnes avec moins de 54% des voix (huit points de moins qu’en 2011), le score le plus bas du parti dans toutes élections confondues depuis son accès au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.