Madagascar : Pouvoir et opposition se renvoient la responsabilité de l’attentat

madagascar-attentatL’opposition malgache et le président Hery Rajaonarimampianina se sont renvoyés ce lundi, la responsabilité de l’attentat qui a coûté la vie à deux adolescents et fait plus de 90 blessés la veille, lors d’un concert gratuit organisé au stade de la capitale Antananarivo, à l’occasion de la fête nationale de l’indépendance.

« C’est trop facile d’accuser l’opposition », a répliqué le député Guy Rivo Randroanarisoa, partisan de l’ex-président Marc Ravalomanana, aujourd’hui considéré comme l’un des opposants de l’actuel chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina.

Le député de l’opposition réagissait aux propos du chef de l’Etat qui laissait entendre que l’attentat avait des motifs politiques: « Une divergence de point de vue peut exister entre nous. Mais les actes de déstabilisation sont inadmissibles. Si le dirigeant ne vous convient pas (…) on ne peut pas tuer comme ça la population » avait-il déclaré dimanche dans les heures qui ont suivies l’attentat.

« Je ne suis pas convaincu que ce soit la divergence de point de vue qui pousse des gens à commettre une telle atrocité » a indiqué pour sa part Omer Beriziky, ancien premier ministre de 2011 à 2014, l’une des voix les plus critiques envers le régime actuel.

Dimanche, une explosion a eu lieu en début de soirée dans le stade municipal de Mahamasina où se tenait un concert gratuit à l’occasion de la fête de l’indépendance.

Madagascar s’efforce d’émerger doucement d’une très longue période d’instabilité politique qui a démarré en 2009, lorsque le maire d’Antananarivo Andry Rajoelina avait renversé le président Marc Ravalomanana.

Rajoelina avait ensuite dirigé un régime dit « de transition » et il avait fallu attendre fin 2013 pour trouver une sortie de crise, avec l’organisation d’une élection présidentielle remportée par Hery Rajaonarimampianina.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.