L’UA condamne les propos du président Donald Trump sur l’Afrique

L’union Africaine a condamné les propos du président américain Donald Trump qui, lors d’une réunion avec des sénateurs, avait traité les pays africains et Haïti de «pays de merde».

Deux semaines après le scandale qu’ont provoqué ces mots du président américain, l’Union africaine s’est exprimée ce jeudi, à l’occasion du Conseil des ministres de l’UA à Addis-Abeba.

Dans son discours d’ouverture, le président de la Commission de l’Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, a dénoncé « des déclarations qui ont profondément choqué l’Afrique par un message de mépris et de haine », ajoutant que « le multilatéralisme traverse une grave crise».

« La réaction quelque peu tardive de l’UA se justifie par le fait que certains pays africains ne souhaitant pas engager un bras de fer avec la Maison Blanche, ont voulu faire monter l’Union africaine en première ligne » commente un diplomate sous couvert de l’anonymat.

A la suite du Tchadien Moussa Faki Mahamat, le président du Parlement panafricain, le Camerounais Roger Nkodo Dang, a déclaré que « Le Parlement panafricain a violement condamné ces propos inhumains, indignes d’un pays de ce niveau. Il s’agit effectivement d’un message de mépris et de haine». Selon lui, « Trump ne mérite pas d’être à la tête des Etats-Unis. »

Les chefs d’Etats africains qui se réuniront ce dimanche prépareraient une déclaration sur cette affaire selon des sources au sein de l’Union Africaine.

Mais le principal enjeu de la rencontre des chefs d’Etats sera sans la question de l’autofinancement de l’Union africaine. « Sans son indépendance, l’Afrique n’est rien du tout. Avec son indépendance, elle peut être tout », a lancé le président de la Commission de l’UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.

Certains Etats africains rechignent à créer une taxe de 0,2 % sur leurs importations, pourtant décidée lors du dernier sommet pour financer l’institution. L’autre enjeu attendu est celui de la question migratoire, thème central du sommet Union africaine-Union européenne qui s’est tenu à Abidjan au mois de décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.