Nigeria : Un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et les militants du Delta du Niger

ndaaLe gouvernement nigérian a conclu un accord de cessez-le-feu de 30 jours avec les militants responsables des attaques menées contre les installations pétrolières et gazières dans la région du Delta du Niger, ont rapporté ce mardi les médias locaux.

Dans cet accord de cessez-le-feu temporaire obtenu la semaine dernière, selon le journal The Guardian, les Niger Delta Avengers ont mené campagne pour la redistribution d’une plus grande part de la richesse pétrolière du Nigeria à la région pauvre du Delta.

Les ventes de pétrole brut représentent environ 70% des revenus nationaux et la grande majorité de ce pétrole provient des régions marécageuses du sud du premier producteur africain de pétrole.

« Il a été très difficile d’avoir les Niger Delta Avengers à la table des négociations, mais nous y avons réussi finalement par le biais d’un canal intermédiaire et avons atteint la trêve », a informé une source sous anonymat.

Bien que les officiels locaux restent silencieux sur cet accord, les médias quant à eux indiquent que les militants avaient également demandé l’ouverture d’une université maritime dans la région comme une des conditions pour mettre fin à leurs attaques contre les installations pétrolières et gazières.

Toujours selon les médias locaux, pendant les négociations, le ministre nigérian du Pétrole, IbeKachikwu, avait conduit une équipe d’officiels du gouvernement négocier avec les militants pour donner au président Muhammadu Buhari et à son cabinet assez de temps pour aboutir à un plan global sur le Delta du Niger qui répondrait à la majorité de leurs demandes.

« Vous aurez remarqué qu’aucune installation pétrolière n’a été attaquée ces derniers jours. C’est le résultat des 30 jours de paix négociés par le ministre et son équipe », a fait savoir une autre source au journal local ThisDay.

Avec ses attaques contre les installations pétrolières et gazières dans le Delta du Niger, le groupe militant a contraint des compagnies pétrolières installées dans le pays à soit invoquer la force majeure, soit réduire la production de brut au Nigeria, ce qui a eu un impact négatif sur les distributions de pétrole et les recettes pétrolières du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.