Cameroun : Le Japon et la BAD financent l’électrification rurale

Vendredi dernier, Keiji Yamamoto, ambassadeur du Japon au Cameroun, et Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire ont signé, à Yaoundé, un accord de financement d’un projet de renforcement des infrastructures électriques et d’électrification rurale. Ce, en présence du représentant résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Cameroun, Racine Kane, laquelle va cofinancer le projet,

Pour un coût estimé à 44,54 milliards de FCFA (près de 91 millions de dollars), environs 332 000 branchements seront réalisés entre les villes de Mbalmayo et Ebolowa. Ce qui permettra de fournir l’électricité à 1,5 million de ménages résidant dans 423 localités. En clair,  le projet prévoit la construction d’un transformateur haute tension et moyenne tension de 90/30 KV à Ebolowa, la mise en place de lignes de transmission de 90 KV entre Mbalmayo et Ebolowa, et, également, la construction de lignes de moyenne tension de 30 KV.

En ce qui concerne la répartition des charges, la BAD en assume la plus grande partie en décaissant 23,91 milliards de FCFA (environs 48 millions de dollars). Elle est talonnée par le Japon qui va débourser sur six ans, sous-forme d’un prêt avec intérêt de 0,3 %, un total de 16,9 milliards de FCFA (à peu près 34 millions de dollars). Enfin, le gouvernement camerounais va clore les contributions avec 4,53 milliards de FCFA (près de 9 millions de dollars).

Au-delà de son objectif premier, à savoir de combler le déficit énergétique dans les zones rurales, ce projet, vu son ampleur, atteint divers domaines. Notamment, le développement de l’agriculture, l’amélioration de la desserte en eau potable et  l’intégration des milieux ruraux. Ce qui aidera le pays à avancer dans sa course vers l’émergence à l’horizon 2035.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.