RDC : L’Onu dément les accusations du gouverneur du Nord-Kivu

monusco-dement-rdc-declarationL’ONU a démenti jeudi, la mort de cinq civils par les balles de ses Casques bleus, lors d’une opération lundi au Nord-Kivu, à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), rejetant ainsi des accusations du gouverneur de la province.

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku a affirmé un peu plus tôt ce jeudi, que cinq civils avaient été tués dans une attaque héliportée menée lundi dernier par des Casques bleus contre des rebelles.

« Je viens de recevoir une délégation qui s’est rendue dans la région de l’attaque et elle confirme que la Mission des Nations unies au Congo (MONUSCO) a pilonné un village composé essentiellement de civils, et que l’attaque a fait à la date d’aujourd’hui (…) cinq civils tués », a déclaré Julien Paluku, joint par téléphone de Kinshasa.

La Monusco avait annoncé mardi, avoir mené la veille, une offensive contre des rebelles près de Pinga (territoire de Walikale), dans le centre du Nord-Kivu, dans le cadre de son mandat de protection des civils.

Mais selon le porte-parole de l’ONU, l’enquête de la Monusco attestent que ces accusations ne sont pas exactes.

« La cible était des combattants armés et l’opération a été conduite en conformité avec le mandat et les règles d’engagement de la Monusco », a précisé Stéphane Dujarric.

« Une équipe composée de Casques bleus de la Monusco et de responsables locaux s’est rendue mercredi sur le terrain et a conclu qu’un combattant avait été tué », a-t-il ajouté. L’équipe a aussi récupéré des armes abandonnées sur place et visité l’hôpital à Pinga, dans la zone où s’est déroulée l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.