Côte d’Ivoire: première campagne de collecte de déchets électroniques

camapgne-dechet-electronique-civLa Côte d’Ivoire a lancé ce mercredi, une campagne de récupération de déchets d’équipements électriques et électroniques à Abidjan, qui constituent selon les autorités ivoiriennes, une « menace pour l’environnement et la santé ».

Une première dans le pays qui « vise à récupérer et recycler 40 tonnes des déchets d’équipement électriques et électroniques » a expliqué Naminsita Bakayoko, du groupe MTN-Côte d’Ivoire, qui va récompenser les personnes qui participeront à cette activité en leur donnant des « lots et autres avantages ».

Des sites de collecte seront installés dans différents points de la ville d’Abidjan durant quatre mois, pour récupérer et recycler des téléphones, des routeurs, des imprimantes, des téléviseurs, des radios usagés, et tous les autres appareils électriques et électroniques endommagés.

« En Côte d’Ivoire, le rythme de consommation d’ordinateurs, de téléphones mobiles ou d’appareils électroménagers constitue une menace sérieuse pour l’environnement et la santé » a déploré Omer Kamelan, le directeur général de la Salubrité urbaine, une nouvelle structure sous la tutelle du ministère ivoirien de la salubrité et du développement durable.

Pour Kamelan, l’absence de structures spécialisées dans « le traitement de ce type de déchets rend la situation encore plus préoccupante », alors que « la faiblesse du pouvoir d’achat oblige la majorité de la population à se tourner vers le marché d’occasion ».

Selon L’initiative pour la résolution du problème mondial des déchets électroniques, ces déchets atteindront d’ici 2017 au plan mondial, 65,4 millions de tonnes, un niveau en hausse d’un tiers par rapport à 2012.

L’Afrique de l’ouest serait l’une des régions les plus touchées du monde, et de grandes quantités d’équipements désaffectés provenant du monde entier y sont souvent illégalement déversées.

En Côte d’Ivoire, des conteneurs d’appareils électroménagers baptisés « France au-revoir » arrivent quasi quotidiennement, et sont vendu dans les rues de certaines communes populaires d’Abidjan la capitale économique du pays.

Déjà lancé au Bénin, le projet lancé a permis de collecter, en trois mois, plus de 20 tonnes de déchets électroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.