Maroc : La ville de Fès s’éclaire au biogaz

biogaz-fesLa ville de Fès, centre-nord du Maroc, va désormais s’éclairer en grande partie grâce à ses déchets ménagers, transformés en biogaz dans le cadre d’un projet ayant nécessité un investissement de près de 10 millions d’euros.

Selon le journal l’Economiste, la capitale spirituelle du Maroc, une agglomération de plus d’un million d’habitants, a inauguré cette semaine la première partie d’une centrale bioélectrique, réalisée grâce à un investissement de 100 millions de dirhams.

Cette centrale produit pour l’heure plus d’un mégawatt, soit 30% des besoins de la ville de Fès (…) pour son éclairage public. A terme, sa production doit atteindre 5 MW.

Pour Allal Amraoui, premier vice-maire de la ville, ce projet fait de Fès une ville pionnière du développement durable au Maroc et en Afrique.

Alors que la gestion des 900 tonnes de déchets solides quotidiens est confiée depuis plus d’une décennie à une société américaine, la centrale de biogaz a pu voir le jour à la faveur d’un partenariat public-privé tripartite, poursuit-il.

Selon des médias locaux, cette prouesse a toutefois été gâchée par un bras de fer entre le maire de la ville, Hamid Chabat, patron du parti d’opposition Istiqlal, et le gouvernement, qui se dispute la paternité du projet et son inauguration.

Fonctionnant au biogaz généré à partir des déchets ménagers de la ville, la centrale représente une première dans le royaume, se félicite Aujourd’hui Le Maroc sur son site internet.

D’après le quotidien, le projet doit notamment apporter des solutions aux défis environnementaux à une échelle locale, liés notamment aux activités oléicoles et de l’artisanat, comme les fours des poteries.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.