Kenya : L’un des assaillants de l’attaque de l’Université de Garissa identifié

L’un des quatre shebabs qui ont attaqué jeudi dernier, l’université de Garissa à l’est du Kenya, faisant 148 morts, a été identifié. Du nom d’Abdirahim Abdullahi, le combattant shebab, a été tué pendant l’assaut des forces de sécurité kényane, a en croire le porte parole du ministère de l’intérieur, Mwenda Nioka.

étudiants
Des étudiants massacrés (image choquante)

Le « jeune » terroriste Shebab, était un jeune Kényan d’ethnie somali. Il «  était diplômé de la faculté de droit de Nairobi, décrit par quelqu’un qui le connaît bien comme un futur brillant juriste », a déclaré le porte-parole du ministère de l’intérieur, Mwenda Njoka.

Fils du responsable d’une circonscription de la province de Mandera, au nord-est du Kenya, sur les frontières somalienne et éthiopienne, d’Abdirahim Abdullahi, avait été déclaré perdu, en 2013 par son père qui disait croire qu’il serait allé en Somalie. « Le père a signalé aux agents des services de sécurité que son fils avait disparu de la maison et il aidait la police à retrouver sa trace au moment où l’attaque terroriste s’est produite », a déclaré Mwenda Njoka, à la presse.

Abdirahim Abdullahi et ses trois compères impliqués dans l’attaque du Campus de Garissa ont été tués pendant l’assaut des forces de sécurité kényane, a indiqué le porte-parole du ministère de l’intérieur.

Cinq personnes soupçonnées d’avoir joué un rôle dans l’assaut meurtrier ont été arrêtées. Deux des personnes interpellées, ont été saisies à l’intérieur du complexe de l’Université de Garissa. Il s’agit d’un Tanzanien et d’un Kényan de l’ethnie Somali.

Les trois autres personnes arrêtées sont suspectées d’être des « coordinateurs ». Celles-ci, ont été arrêtées « alors qu’ils tentaient de fuir vers la Somalie », a indiqué le porte-parole du ministère de l’intérieur.

Depuis l’attaque des Shebabs, qui a coûté la vie à 148 personnes à Garissa, le Kenya est sous le choc. Hier dimanche 05 avril 2015, le pays a entamé trois jours de deuil national. Le pays, chrétien à 80%, a célébré la pâque dans une tristesse « profonde ».

Le président Uhuru Kenyatta, a annoncé samedi dans sa première intervention publique depuis l’attaque que « mon gouvernement répondra le plus sévèrement possible à l’attaque et à toute autre attaque », a –t-il déclaré. L’attaque du Campus de Garissa, est la plus « lourde » et la plus « meurtrière » enregistrée dans ce pays de l’Afrique de l’Est, depuis l’attentat contre l’ambassade américaine de Nairobi en 1998 (213 morts).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.