Kenya : Le président de la république brûle 15 tonnes d’ivoire

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a procédé mardi 03 mars 2015, à l’incinération de 15 tonnes de pointes d’ivoire, saisies aux braconniers et contrebandiers. Ces ivoires brûlés, représentent le plus important volume jamais incinéré en Afrique, selon Iain Douglas-Hamilton, fondateur de l’ONG Save the Elephants (« Sauvez les Elephants »).

Simone

La cérémonie d’incinération a été organisée à l’occasion de la Journée mondiale pour la vie. Les ivoires devraient brûler durant cinq jours, sous haute surveillance, dans le Parc avant d’être réduit à l’état de cendres.

Ce processus d’incinération des ivoires, contribuent à la lutte contre le braconnage au Kenya. Car, depuis 2000, le braconnage d’éléphants au Kenya, a connu une augmentation. Les chiffres officiels font état de 300 éléphants et 59 rhinocéros abattus en 2013, mais les experts estiment que le carnage est largement sous-estimé. En octobre 2013, près de quatre tonnes de défenses d’éléphant, estimées à 845 000 euros, avaient été saisies par les services de protection de la faune sauvage du Kenya, la plus grosse saisie hebdomadaire de ces cinq dernières années.

Uhuru Kenyatta, en incinérant les défenses, a promis de poursuivre la lutte contre les braconniers, véritables « calamités » pour la flore et la faune kényane. « En nous y prenant bien, dans ce pays, nous pourrions renverser la situation en ce qui concerne le dramatique braconnage des éléphants », a indiqué le président. Pour lui, «Il est urgent d’intensifier le combat contre les crimes contre la nature », car « Ce qui est fait pour protéger la biodiversité est faible au regard des menaces sur notre environnement aujourd’hui ».

L’incinération du reste de l’ensemble du stock d’ivoires, estimé à 100 tonnes est prévu pour la fin de l’année 2015. La quantité brûlée mardi, représente une valeur marchande d’environ 30 millions de dollars, soit environ 2.100 dollars le kilo négocié avec les acquéreurs en Chine. En 1989, le Kenya avait brûlé l’ensemble de son stock d’ivoire. Le président Mwai Kibaki, prédécesseur de M. Kenyatta, avait calciné cinq tonnes de défense en 2011.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.