Nigéria : L’armée annonce avoir tué 300 Boko Haram dans le nord-est du pays

Plus de 300 combattants de la secte islamiste Boko Haram, qui, sème la terreur aux frontières du Nigéria sont déjà tombés sous les balles de l’armée Nigériane, a affirmé le porte-parole du ministère de la Défense, Chris Olukolade, dans un communiqué, mercredi 18 février 2015. Ces insurgés ont été abattus, au cours d’un affrontement pour la reprise cette semaine  de la ville-garnison de Monguno, dans l’Etat de Borno (nord-est), tombée le 25 janvier aux mains du groupe islamiste.

boko haram

D’après le porte-parole de l’armée, une poignée de ces insurgés ont été également capturés. Et, dans le rang de l’armée, l’on apprend dans le communiqué que le bilan fait état de deux morts et dix blessés. Depuis quelques semaines déjà, l’offensive des armées africaines contre ce groupe de terroristes est en œuvre. Au Cameroun, l’armée focalise son attention sur Fotokol, la ville proche de la frontière avec le Nigeria que la secte islamiste avait attaquée au début du mois.

Le Niger et le Tchad, qui ont déjà connu les attaques de Boko Haram, sont désormais directement impliqués dans les combats contre la secte nigériane qui multiplie les attaques depuis deux semaines. Au Niger, la police a annoncé avoir interpellé plus de 160 personnes soupçonnées d’être liées à Boko Haram. Les arrestations, ont eu lieu dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, qui a été début février la cible d’attaques meurtrières des islamistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.