Guinée-Bissau : 22 millions d’euros pour la première usine de ciment du pays

Selon la Banque mondiale, le projet de construction de la première cimenterie de la Guinée Bissau, va coûter 22 millions d’euros. Ce coût estimatif a été relevé dans un communiqué de l’institution financière mondiale. Cette cimenterie, est d’une capacité de production de 200 000 tonnes par an.

cimenterie

L’estimation du coût du projet avancée par la BM, est bien loin du prêt sollicité par les promoteurs. Ceux-ci, ont sollicité un prêt de 11 millions d’euros, soit la moitié de la valeur du projet estimé par la BM. La décision pour la validation de prêt, devrait être prise avant la fin du mois de février 2015, souligne l’institution dans son communiqué.

Cette première cimenterie, si mise en place devrait permettre à la Guinée-Bissau de limiter les importations du ciment. Le marché étant confisqué par les ciments importés, les populations restent confrontées à débourser des sommes colossales imposées par le coût de transport du ciment importé.

Ce projet d’envergure pour la Guinée-Bissau est piloté par Maxime Cardoz, un investisseur privé sénégalais, et Scancem, une filiale de Heidelberg Cement, la société allemande de ciment et matériaux de construction, l’une des plus grandes cimenteries du monde.

Pour faire tourner l’usine et atteindre la production annoncée, les promoteurs compte s’appuyer sur  le réseau d’électricité liée au barrage de Kaleta en Guinée-Conakry, qui doit commencer à fonctionner en août, pour s’approvisionner en électricité.

L’usine pourrait également bénéficier des générateurs avec deux mégawatts de capacité. Pour la main d’oeuvre, l’on apprend que l’usine pourrait employer 40 personnes par tour de travail.  L’ambition des promoteurs, est d’arriver à long terme à l’exportation des ciments made in « Guinée Bissau » vers les pays voisins comme le Sénégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.