Congo : Condamnation de l’ancien directeur-adjoint des renseignements

Marcel Ntsourou, ancien directeur-adjoint des services de renseignements du Congo, a été condamné jeudi, à une peine de travaux forcés à perpétuité. Il était jugé pour rébellion et atteinte à la sécurité de l’Etat et  appréhendé en décembre 2013, après  de violents affrontements survenus à Brazzaville entre ses partisans et l’armée congolaise.  La Cour criminelle avait alors retenu contre lui de nombreux chefs d’accusation entre autres  « rébellion, possession illégale d’armes de guerre et de munition, assassinats, coups et blessures volontaires et association de malfaiteurs ». 59 de ses complices ont écopé de peines allant de 7 à 15 ans de travaux forcés. 54 autres, dont l’épouse de M. Ntsourou, ont été acquittés.

Marcel-Ntsourou

Marcel Ntsourou était proche  du président congolais Denis Sassou Nguesso, qu’il a d’ailleurs aidé à revenir au pouvoir en 1997, après la guerre civile. Dans l’espoir en vain d’obtenir une promotion  au  grade de général,  il  est  devenu un farouche opposant au régime du président Nguesso. En mars 2012,  il  a  été impliqué  dans  une explosion d’un dépôt d’armes à Brazzaville, qui avait fait près de 300 victimes. Cela  lui avait valu d’être condamné en mars  2013, à un an et demi de détention préventive.  Cette peine  a été alourdie à 5 ans de prison ferme en mars dernier.

Avant  cela, il a  eu  de nombreux démêlés avec la justice. Ainsi en 2005, il avait été mis en cause  dans la disparition de plusieurs centaines de personnes, survenue en 1999. Mais il a été acquitté par la Cour criminelle .Ses avocats ont annoncé qu’ils allaient demander un pourvoi en cassation.Quant à l’accusé, il  a dénoncé un « procès politique », orchestré par le président Nguesso dans l’unique but de l’écarter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.