Djibouti : Vers l’indépendance énergétique

saidaPartout aujourd’hui, le problème de la compétitivité se pose avec acuité pour plusieurs pays.  Après les politiques régionales, certains Etats adoptent leurs propres politiques en vue de rendre plus compétente l’industrie nationale face au défi d’un monde en perpétuelle mutation.
Ainsi, les autorités Djiboutiennes ont-elles tablé mercredi sur la politique énergétique du pays et les différents défis auxquels il est appelé à faire face.
Saida Abdillahi, Directrice générale de l’Agence djiboutienne de maîtrise de l’énergie (ADME) a tenu à rappeler aux responsables gouvernementaux, la situation énergétique du pays. En soulignant la grande dépendance structurelle au domaine de l’énergie, elle a exprimé la nécessité pour Djibouti de maîtriser  son énergie.  La compétitivité économique et la stabilité sociale sont les enjeux majeurs de cette nouvelle dynamique.
Cette entreprise passe par le développement  d’une stratégie d’efficacité, laquelle tient compte du court, du moyen et du long terme. Le pays en s’élançant aujourd’hui dans la quête d’une stabilité énergétique, peut compter sur l’expérience tunisienne en la matière puisqu’il y a encore un mois, Djibouti signait un accord de coopération énergétique avec Tunis. Au terme de cet accord, il pourra compter sur les échanges d’informations en matière d’énergie, sur la documentation et sur la coopération entre les organismes de recherche et les industriels  de ce pays maghrébin.
L’amorce d’un véritable développement industriel passe actuellement par la stabilité des sources d’énergie. Aussi longtemps qu’on est dépendant dans le domaine énergétique, un décollage industriel est difficile ou même impossible. Djibouti en allant dans ce sens arrivera à se passer désormais de la ligne d’interconnexion avec l’Ethiopie voisine. A l’horizon 2020  le pays compte disposer d’une production de 1 000 MW ce qui pourra insuffler à ce pays, son indépendance énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.