Niger : Une opposition de plus en plus muselée

niger-oppAccusée de semer la terreur dans le pays, l’opposition nigérienne se dit sereine et entend ne pas freiner son action pour rétablir la justice et l’ordre sur le plan national.
De sources officielles, le Niger est secoué depuis quelque temps, par des tensions dans le domaine politique. Celles-ci constituent, selon l’observatoire national et international, une menace pour la stabilité de cet Etat, un allié incontournable des Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité dans la région sahélo-saharienne.
En rappel, l’opposition reproche au régime en place d’évoluer dans une atmosphère très corrompue doublée d’une dictature agressive à l’égard de ceux ou celles qui ne partagent pas ses vues. La mauvaise gouvernance prend de l’ampleur dans ce pays où la sécurité alimentaire, le système éducatif et sanitaire sont en pleine déliquescence. On assiste à une appropriation pure et simple de l’Office de radio et télévision du Niger, qui régit les médias publics, par le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme au pouvoir et à une mainmise sur certains médias privés.
Le manque de transparence dans la gestion de la production et de l’exploitation pétrolière constitue un autre point de discorde entre le pouvoir et ses opposants. Autrement dit, le pétrole du pays est géré sur fond de mensonge, ce qui n’est d’aucun intérêt pour le peuple, ni pour le développement harmonieux du Niger.
Les différents leaders de l’opposition ont, à plusieurs reprises, exprimé leur détermination à venir à bout des dérives du régime pour instaurer une véritable démocratie et un réel Etat de droit.
« La pression des autorités gouvernementales n’est rien comparée à la fermeté d’une  population fatiguée », a déclaré un opposant sur Radio France Internationale (RFI).Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.