Rwanda : Le méthane, un potentiel énergétique dangereux

methane-rwandaLes profondeurs du lac Kivu  au  Rwanda,  recèlent d’un  important gisement de méthane et de CO2  dont  le  potentiel  énergétique est fort immense. Mais  bien que pouvant servir à produire  de l’électricité  en  grande quantité, cette réserve s’avère mortellement dangereuse.
On estime à 60 km3  le volume de méthane dissous que contient le lac Kivu. A cela s’ajoute environ  300 km3  de dioxyde de carbone (CO2).  Ces deux substances, mélangées, peuvent remonter à  la surface des eaux, et se répandre dans l’atmosphère.  Les  dégâts pourraient alors être mortels  pour la vie  les  deux  millions  d’habitants  des  alentours .
Pour l’heure, rien ne laisse présager l’imminence d’un tel évènement. Mais la menace est bien réelle, d’autant plus  qu’en 1986  une catastrophe similaire  s’était produite au Cameroun.  A l’époque,  une quantité importante de CO2  subitement libérée  du lac Nyos  avait entraîné la mort par asphyxie de 1700  personnes  habitants cette zone.
Mathieu Yalire, chercheur à  l’Observatoire volcanologique de Goma,  estime  qu’il est nécessaire d’extraire le méthane pour écarter le danger.  Car  bien que le lac soit  stable pour l’instant, la catastrophe pourrait se déclencher de façon imprévisible.
Hormis les menaces, le méthane  du  lac Kivu se révèle être un véritable trésor pour  le Rwanda. En effet, c’est la seule région du monde où ce gaz peut être exploité commercialement par ce pays  qui  compte bien en tirer profit.Un projet-pilote du  gouvernement   permet de produire 2 mégawatts (MW)  à partir de ce gaz.  Un autre projet nommé  KivuWatt   prévoit  de  produire  à long terme 100 MW qui seront distribués dans l’ensemble du pays. Ils  permettront au gouvernement rwandais d’atteindre l’un de  ses objectifs phares  visant à assurer  l’accès à l’électricité pour 70% de la population en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.