Guinée : Cas de force majeure pour Tullow Oil

Tullow-Oil-guineeEn raison de l’enquête réglementaire dont fait l’objet son partenaire Hyperdynamics, Tullow Oil vient de déclarer un cas de force majeure sur son permis d’exploration en Guinée.
Cette enquête est menée par les Etats-Unis et, plus précisément, par son ministère de la Justice et la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.
Ces deux structures examinent les conditions d’obtention et de maintien de la concession de la société américaine Hyperdynamics en Guinée. En parallèle, ce pays a annoncé qu’il mènerait une enquête sur les droits cédés à la même société et portant environ sur un tiers du bloc offshore ; et ce, dans le cadre d’investigations sur diverses opérations opaques, dont, à titre d’exemple, celles liées à la société BSGR.
Dans ce contexte, la compagnie pétrolière britannique a préféré déclarer un cas de force majeure : « Tullow a décidé qu’il ne peut procéder à des activités sur la licence jusqu’à ce que les problèmes soient résolus », a confié son porte-parole à l’agence de presse Reuters. Cette société explore actuellement une zone de 18 750 kilomètres carrés au large de la côte guinéenne en partenariat avec Hyperdynamics et Dana Petroleum, la succursale de Korea National Oil Corporation.
D’après son planning dévoilé le mois dernier, Tullow Oil entendait entamer les travaux de forage au cours du deuxième trimestre 2014. Mais, c’est depuis avril 2013 que la junior britannique exerce en Guinée. Pour ce faire, Tullow a acquis 40 % des parts de ce projet alors détenu par SCS Corp., la succursale d’Hyperdynamics. Certainement que cette déclaration de cas de force majeure aura des répercussions sur tous ces projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.