Cap-Vert : Financement de l’UE

Andris-PiebalgsLe Cap-Vert bénéficiera d’une nouvelle aide financière de l’Union Européenne durant la période 2014 – 2020 en vue d’encourager la bonne gouvernance et une croissance durable et inclusive. 55 millions d’euros (73,3 millions de dollars), c’est le montant que va toucher l’archipel dans ce cadre, comme annoncé par le commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs, lors de sa dernière visite.
Ce financement soutiendra des programmes, dont ceux entrant dans le secteur de l’énergie. Cet Etat ouest-africain entend, d’ici 2020, assurer 50 % de sa production d’électricité à partir des sources d’énergie renouvelable. D’où, le soutien européen va, entre autres objectifs, aider les autorités capverdiennes à recenser les propositions de projets autant nouveaux qu’innovants dans le domaine énergétique. L’UE contribuera particulièrement sur ce qui est de son expertise en la matière, en assurant des formations ou en dispensant les bonnes pratiques d’usage par exemple.
A noter que le Cap-Vert ne dispose quasiment pas de source d’énergie fossile. Par conséquent, l’électricité y est très coûteuse. A présent, il est question de tirer un maximum de profit des ressources énergétiques renouvelables à l’instar du vent ou du soleil dont le Cap-Vert dispose en abondance.
Cet Etat est déjà le théâtre d’initiatives allant dans ce sens. Ainsi, M. Peibalgs a visité la ferme éolienne de Cabeolica, qui est le principal projet de ce type sur le continent noir. Grâce à cette plateforme, le Cap-Vert produit le quart de son électricité grâce aux éoliennes.
Au cours de la période 2008–2013, le Cap-Vert a bénéficié d’un total de  61,2 millions d’euros (81,6 millions de dollars) provenant du Fonds européen de développement (FED).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.