Publié Le : jeu, Jan 5th, 2017

Gambie : Des sympathisants de l’opposition arrêtés puis relâchés

Au moins cinq sympathisants de l’opposition en Gambie ont été brièvement détenus par les services du renseignement dans la nuit de mardi à mercredi, pour avoir porté ou vendu des T-shirts prônant un changement de régime, rapportent des sources sécuritaires et des activistes libérés.

La Gambie vit au rythme d’une tension politique et sociale depuis la volte-face du président sortant, Yahya Jammeh qui conteste sa défaite à l’élection présidentielle du 1er décembre, remportée par l’opposant Adama Barrow, après avoir reconnu dans un premier temps, la victoire de son rival.

Selon un responsable des services de sécurité, trois hommes et deux femmes avaient été arrêtées depuis samedi, certains pour avoir porté ou vendu des T-shirts affichant « #GambiaHasDecided » (« La Gambie a choisi »), et d’autres pour la vente de T-shirts à l’effigie d’Adama Barrow ou avec des photos d’autres leaders de l’opposition. Ces cinq activistes ont  été libérés mardi peur après leur arrestation, a précisé la même source, sans plus de détails.

Une des personnes brièvement détenues a confié à la presse sous couvert de l’anonymat, avoir été arrêtée par des éléments de l’Agence nationale du renseignement (NIA) qui ont fait irruption dans sa boutique où ils ont saisi un important stock de T-shirts, casquettes ou badges avec #GambiaHasDecided et la photo des opposants.

Mardi soir, Halifa Sallah, porte-parole de la coalition, soutenant l’opposant Adama Barrow, avait évoqué devant la presse, l’arrestation de deux de ses sympathisants, samedi et lundi par des membres supposés de la NIA, pour le port ou la vente de T-shirts affichant «#GambiaHasDecided».

L’opposition a par ailleurs dénoncé la fermeture de radios privées gambiennes, se disant « préoccupée par la situation actuelle » dans le pays.

Sur fond de la détérioration de la situation sécuritaire devenue préoccupante dans le pays, le président de la Commission électorale indépendante (IEC) gambienne, Alieu MomarNjie, se serait réfugié au Sénégal, par crainte pour sa sécurité, selon un membre de sa famille.

Par ailleurs, dans une lettre adressée au président sortant, le chef d’état-major de l’armée gambienne, le général Ousman Badjie a réaffirmé sa fidélité et «la loyauté indéfectible des Forces armées gambiennes » au président Yahya Jammeh, qui refuse de céder le pouvoir, malgré la menace d’une intervention militaire de la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>