Démantèlement en Espagne d’un réseau de trafic et de proxénétisme de jeunes nigérianes

Un réseau de traite qui organisait l’immigration illégale de Nigérianes vers l’Europe, à travers la Méditerranée pour les forcer à se prostituer, a été démantelée, a annoncé ce mercredi la police espagnole dans un communiqué.

Selon la police espagnole, les victimes, sont pour la plupart « très jeunes’’ et en situation de grande pauvreté, venues du Nigeria. Le réseau les faisait passer par des routes de migration illégale, en passant par le Niger, la Libye et l’Italie pour joindre l’Europe.

Une fois en Italie, le réseau dirigé par trois femmes d’origine nigériane, organisait leur voyage en Espagne par avion en leur fournissant des papiers d’identité appartenant à d’autres Nigérianes résidant légalement dans ce pays. Elles devaient ensuite faire une demande d’asile pour éviter d’être expulsées.

Les victimes devaient par la suite s’acquitter d’une dette de quelque 40.000 euros pour le voyage et de ce fait, le réseau les forçait à se prostituer pour rembourser cette grosse dette. Les proxénètes les soumettaient à des rituels vaudou qui les menaçaient de « terribles conséquences pour elles et leur famille » si elles désobéissaient.

Le communiqué de la police indique que « l’exploitation sexuelle des jeunes rapportait d’importants bénéfices à l’organisation », qui blanchissait de l’argent et « le réinvestissait en finançant de nouveaux épisodes de traite d’êtres humains ».

Sept victimes ont été secourues par la police et neuf membres du réseau ont été arrêtés.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, au 28 décembre, plus de 360.000 migrants étaient arrivés en Europe par la mer en 2016 et plus de 4.900 sont morts pendant la traversée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.