Somalie : Seize morts dans l’attentat de Beledweyne

93e14e99c5300dec0ca8586548a17823fbee2e14

 attentat meurtrier survenu samedi dernier vient d’être revendiqué par le groupe radical shebabs. Un kamikaze a explosé sa bombe dans un café-restaurant de Beledweyne, une ville somalienne, frontalière de l’Ethiopie. Le bilan actuel fait état de 16 morts et plusieurs blessés. Les témoins affirment que le lieu était plein de monde lorsque le kamikaze s’est fait sauter .Il y avait aussi bien des militaires que des civils. Les Islamistes shebabs se sont félicités de la réussite de l’opération. Selon le porte-parole des forces africaines de maintien de la paix (AMISOM), il est de notoriété publique que les soldats de leurs troupes viennent souvent y passer leurs repos.

Cet attentat n’est pas le premier à Beledweyne. Il y a 4 ans déjà un autre attentat avait causé la mort de 20 personnes, y compris celle du ministre somalien de la Sécurité de l’époque. L’homme a ajouté que c’est par cette ville que les ennemis de la cause Shebabs entrent dans le pays, et méritent  ce qui leur arrive.

Le président somalien a immédiatement réagi pour condamner cet attentat Il s’agit, selon lui, « d’une preuve de faiblesse. Si les shebabs se réduisent à ce genre d’attaque qui fait des  victimes  innocentes, c’est parce qu’ils se sentent faibles sur le terrain

Depuis l’arrivée des forces de l’AMISOM, les shebabs ont été sérieusement repoussés en perdant les grandes villes commerciales qu’ils avaient sous leur contrôle. Cependant, ils ne sont pas encore vaincus et ont dû se replier vers les villes environnantes et continuent de causer des dégâts. Ils contrôlent surtout le sud du pays à partir duquel ils dirigent diverses opérations en particulier  suicides.

Le président somalien appelle néanmoins à ne pas lâcher prise et à combattre les shebabs jusqu’à leur défaite. Ils représentent pour lui, un danger pour l’Afrique entière parce qu’ils exportent la violence dans différents pays du Continent. Le Kenya reste l’un des derniers pays à avoir été victime de la prise d’otage du centre commercial « Westgate »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.