Guinée-Bissau: Confusions autour des stocks des noix de cajou

La quantité de noix de cajou emmagasinée en Guinée-Bissau prête à confusion. Les différentes autorités du secteur avancent des chiffres divergents. Mais, une chose est certaine : le pays se dirige vers un manque à gagner. « Nous sommes dans une situation préoccupante. Nous avons un stock de 75 000 tonnes de cajou que nous ne parvenons pas à vendre, en plus de 15 000 tonnes qui n’ont pas été collectées », s’est plaint M. Braima Alfa Djalo, Secrétaire d’Etat bissau-guinéen au Commerce. Un autre son de cloche émane du Directeur Général bissau-guinéen au Commerce, M. Diamantino Cô : « 120 000 tonnes de noix de cajou sont encore stockées dans les magasins à Bissau à la recherche d’acquéreurs ». En résumé, on peut dire que 75 000 à 120 000 tonnes de noix de cajou son invendues jusqu’à présent. Ce qui est une perte considérable pour le pays ouest-africain. En effet, en 2010, la Guinée-Bissau avait pu écouler 140 000 tonnes du même produit. Ce qui lui avait rapporté aux environs de 180 millions de dollars américains. L’année dernière encore, les noix de cajou avaient rapporté à l’Etat une enveloppe de 100 millions de dollars américains, ce qui a constitué le quart du budget du pays. Il est donc inquiétant qu’un stock d’une telle importance moisisse dans les magasins. Cela peut s’expliquer par une baisse des cours mondiaux de la noix de cajou : d’autres producteurs à l’instar de l’Inde, du Costa-Rica et du Brésil ont réalisé de meilleures campagnes, entraînant de ce fait une chute drastique des prix.
Ainsi, la Guinée- Bissau craint de ne pas être en mesure d’honorer ses engagements envers ses créanciers, lesquels lui donnent habituellement les moyens de ses campagnes agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.