Côte d’Ivoire : Un financement pour le Fonds d’Entretien Routier

Un des secteurs les plus affectés par la récente crise ivoirienne est, sans doute, celui des infrastructures et, plus particulièrement, le réseau routier. C’est pourquoi le gouvernement s’attèle à trouver, entre autres, des solutions en ce qui concerne ce domaine. Dans ce cadre, il a pu décrocher un prêt de la part d’un consortium de banques destiné à financer le Fonds d’Entretien Routier (FER).
Lundi dernier, le Ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, M. Charles Koffi Diby, et les responsables d’Ecobank, de la Société Générale des Banques en Côte d’Ivoire (SGBCI) et de la Banque Internationale pour l’Afrique Occidentale (BIAO – CI) ont signé un accord portant sur un crédit de 25 milliards de FCFA (50 millions de dollars américains) en faveur du FER. C’est une première car cette structure publique de financement de l’Agence de Gestion des Routes (AGEROUTE) n’a jamais bénéficié d’apport d’une telle importance. Ce qui prouve à suffisance le climat de confiance qui règne actuellement entre le gouvernement et les établissements financiers de la place.
Ce financement tombe bien. Car, selon des chiffres fournis par le Directeur Général du FER, M. Fofana Siandou, les routes ivoiriennes ont perdu 800 milliards de FCFA (1,6 milliard de dollars américains) de leur valeur. Et, il en faut 2750 milliards (5,5 milliards de dollars américains) lors de la prochaine décennie pour pouvoir réhabiliter intégralement le réseau routier en Côte d’Ivoire. Devant ces montants, on a l’impression que le crédit décroché par le FER est une goutte d’eau dans l’océan. Mais, ne dit-on pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières ? C’est certainement l’entendement du gouvernement ivoirien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.