Afrique – Economie : Amélioration du taux de croissance pour 2011

L’économie  africaine vient de réaliser une fois encore une amélioration de son taux de croissance qui passe de 4,7% à 5%. En effet le vieux continent a pu profiter de l’augmentation de la demande et des prix des matières premières pour faire un bond de plus en avant. Le Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA/BSR-AC) a présenté ce dimanche à Yaoundé, le Rapport économique sur l’Afrique 2011 qui a été conjointement publié par la CEA et la Commission de l’Union africaine (CUA). Bien que ce taux d’amélioration soit inférieur à celui de l’année dernière, où les économies africaines enregistraient une hausse de 2,3% par rapport à l’année 2009, il permet néanmoins de juger les retombées positives du redressement de l’économie mondiale en 2010. Par cette performance, l’Afrique consolide sa bonne maîtrise des impacts de la crise mondiale dont les conséquences sont plus ou moins négligeables sur son économie. Le rebond de la demande des exportations et des prix des produits de base, l’augmentation de l’entrée des investissements directs étrangers (IDE) dans les industries extractives, la reprise du tourisme, l’investissement dans les infrastructures et l’intensification de l’activité dans le secteur des services sont autant de facteurs désignés par le Rapport comme étant des facteurs essentiels à cette performance. Toutefois l’influence de la croissance des importations sur les balances commerciales n’a pas été la même dans toutes les économies. Ainsi les pays exportateurs du pétrole par exemple ont connu une croissance plus rapide que les pays importateurs. En revanche l’Afrique n’a pas atteint les Objectifs du Millénaire pour le Développement (réduction de la pauvreté, chômage et transformation économique). Une attention particulière doit donc être portée sur les stratégies de transformation de l’économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.