Niger- Programme d’urgence : Démarrage du volet « Environnement »

Le Niger a connu un déficit céréalier sans précédent lors de la dernière campagne agricole. Ainsi, afin d’y faire face, le gouvernement s’est empressé de mettre sur pied un programme d’urgence pour la période 2011 – 2012, dont le volet « Environnement » vient d’être lancé au village de Kandoum de Tondikandia. C’est le ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement, M. Issoufou Issaka, qui a symboliquement donné le premier coup de pioche pour la construction des banquettes antiérosives dans cette localité. Celles-ci, qui vont s’étendre sur ce plateau de 150 hectares de superficie, font partie de nombreuses mesures prises dans ce volet dont le budget s’élève à 8,5 milliards de FCFA (19 millions de dollars américains). Restauration et récupération des terres, fixation des dunes, régénération des ressources naturelles, protection des aires pastorales et des points d’eau, …, figurent dans le plan vert face au déficit céréalier.

Comme résultats attendus, le gouvernement prévoit, entre autres, de restaurer 22 000 hectares de terres dégradées, de fixer 4975 hectares de dunes, de planter sur 1500 hectares et de protéger 1115 hectares de mares contre des risques divers dont leur empoisonnement. Par ailleurs, 18 000 km de bandes pare-feux seront ouvertes pour éviter les feux de brousse. Selon les estimations, toute cette activité générera 26 155 emplois temporaires (1 à 6 mois). Le Programme d’urgence 2011 – 2012 est, dans sa globalité, beaucoup plus ambitieux. D’un coût total de 79,9 milliards de FCFA (environs 170 millions de dollars américains), il vise  à intensifier la pratique des cultures irriguées, à sécuriser le secteur pastoral et à constituer des stocks alimentaires. S’il est correctement mis en place, le Niger pourra éviter une deuxième crise alimentaire successive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.