Afrique de l’Ouest : le Groupe Alstom prospecte…

Renforcer sa position en Afrique de l’ouest, et lancer de gros projets innovants, tel est l’objectif que poursuit actuellement le géant groupe français Alstom qui désire aujourd’hui s’installer en Côte d’Ivoire et en Guinée.
Leader mondial en équipements énergétiques, Alstom cherche à s’implanter dans d’autres pays comme le Ghana et le Nigéria où il avait gagné un contrat de 57millions de dollars pour une turbine à gaz, et sa contribution importante pour le chantier du barrage hydroélectrique de Bui, au Ghana. Aujourd’hui, le Groupe français cherche à relancer de nouveaux projets de grandes envergues en Afrique de l’ouest mais également à concurrencer la Chine. Ainsi depuis début Juillet, Alstom s’est lancée dans une large campagne d’exploration dans plusieurs pays ouest africains. Avec leur présence depuis une décennie en Côte d’ivoire, le Groupe français a émis le souhait auprès des autorités ivoiriennes, de relancer les projets d’extension de la centrale thermique d’Azito et de la Compagnie ivoirienne de production d’électricité.
En effet Alstom voudrait faire de la centrale d’Azito, une centrale en cycle combiné (recyclage de la vapeur issue de la combustion des gaz en énergie), ce qui nécessitera un investissement de 257millions de dollars. Malgré le coût très élevé de cette technologie les résultats et l’impact qu’il aura sont d’autant plus encourageant. Comme l’a indiqué Pascal Drouhaud, directeur adjoint chargé de l’Afrique subsaharienne « Cela permettra de produire plus d’électricité sans augmenter la consommation de gaz. La capacité passera de 290 à 435 mégawatts ».
En outre, un projet de construction du barrage de Soubré, estimée à 429millions d’euros fait partie des objectifs de Alstom. La Guinée aussi est l’une des destinations du groupe qui assure depuis des années la maintenance de la centrale des grandes chutes de la Basse-Guinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.