Mali : La filière de Yanfolila

Yanfolila a toujours été une terre fruitière. Mais, ces atouts demeurent seulement  à l’état de potentiel, faute d’infrastructures appropriées. Ainsi, c’est avec beaucoup d’optimisme qu’avait été inauguré, en 2007, une unité de conditionnement des fruits dans l’optique de produire plus de 1000 tonnes de mangues par an. Mais, depuis, les promesses n’ont pas été tenues.

La faute, premièrement, aux dissensions entre les producteurs locaux de la filière et leurs bailleurs de fonds. Selon certaines indiscrétions, les premiers, manquant de moyens financiers suffisants pour entamer la production, auraient sollicité les seconds, constitués en association de ressortissants de la commune à Bamako. Mais, ces derniers, intéressés par d’éventuels gains, ont pris des actions dans la nouvelle unité industrielle. Ce qui a déplu aux agriculteurs, lesquels n’ont pas pris part aux campagnes.

Dans une tentative de relance, l’administration de l’unité de conditionnement a contracté, en 2009, un prêt d’un montant inconnu. Mais, mal gérés, ces fonds, équivalents à 22 millions de FCFA (50.000 dollars) selon certaines informations, n’ont pas su remettre l’entreprise sur les bons rails et l’a même carrément placée au bord de la faillite, lui privant même de la fourniture en électricité et en eau. Et, cela arrivait consécutivement à une affaire d’escroquerie cybercriminelle que l’unité avait essuyée en 2008, son directeur se faisant arnaquer sur la totalité de la production de 80 tonnes de mangues.

Devant tout cela, l’unité de conditionnement de mangue de Yanfolila n’a jamais vraiment fonctionné : en 2007, elle n’a produit que 7 tonnes de mangues non exportables et par la suite, les effets de la crise ivoirienne a tout amplifié. Aujourd’hui, l’heure est à la réconciliation entre l’administration et les producteurs, sans quoi, les centaines de tonnes que peut produire Yanfolila resteront éternellement un idéal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.