Le président français confirme son soutien à une candidature rwandaise à la tête de la Francophonie

Le président français Emmanuel Macron a déclaré mercredi à l’Elysée, qu’il est favorable à une candidature africaine à la tête de la Francophonie, confirmant son soutien à la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à l’issue d’une rencontre notable à Paris avec le président Paul Kagame.

«S’il y a une candidature africaine au poste de secrétaire général de la Francophonie, elle aurait beaucoup de sens. Si elle était africaine et féminine, elle aurait encore plus de sens. Et donc, je crois qu’à ce titre la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, a toutes les compétences pour exercer cette fonction (…), je la soutiendrai», a déclaré Emmanuel Macron à l’issue de sa rencontre, à l’Élysée, avec son homologue rwandais Paul Kagame.

«Je crois très profondément que le centre de gravité de la Francophonie est en Afrique…», a ajouté Emmanuel Macron. Paul Kagame a pour sa part souligné sa volonté de « contribuer à la Francophonie », rappelant que « le Rwanda n’a jamais quitté l’organisation ». Il s’est dit « heureux de participer en proposant des personnalités comme Louise Mushikiwabo ».

Dans le cadre de cette candidature, le président rwandais a insisté sur l’importance du consensus et du soutien des membres africains de la Francophonie, mais aussi du soutien, désormais officiel, de la France.

L’élection au poste de secrétaire général de l’OIF aura lieu les 11 et 12 octobre prochains à Erevan, en Arménie. Michaëlle Jean, actuelle présidente de l’Organisation internationale de la Francophonie, briguera un second mandat.

Les deux chefs d’Etat ont également abordé les relations entre Paris et Kigali, extrêmement tendues depuis le génocide de 1994 au Rwanda. M. Macron a ainsi estimer qu’« il ne s’agit en aucun cas de sous-estimer les difficultés du passé et la complexité de la relation bilatérale mais au contraire (…) d’assumer cette complexité, de savoir la surmonter».

Le président français a annoncé mercredi qu’il se rendrait au prochain sommet de l’UA, organisé début juillet à Nouakchott, en Mauritanie. Son homologue rwandais, Paul Kagamé et actuellement le président en exercice de l’Union africaine (UA).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.