Le gouvernement de la RDC souhaite le retrait définitif des casques bleus en 2020

Une semaine après la reconduction pour un an de la mission de paix de l’ONU (MONUSCO), le ministre congolais des Affaires étrangères, a exprimé ce mardi le souhait de Kinshasa de voir partir la mission des Nations unies en 2020.

Selon la dernière résolution du Conseil de Sécurité, la force de la Monusco est le plus important contingent onusien au monde avec un «effectif maximum autorisé de 16.215 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 391 policiers et 1.050 membres d’unités de police constituées ».

Le président Joseph Kabila avait déclaré en septembre dernier, devant les Nations unies, que la force onusienne présente depuis 1999 en République démocratique du Congo, «ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment» dans le pays.

« Nous avons fait savoir au Conseil de sécurité que ce mandat était considéré comme l’avant-dernier avant un retrait définitif de la force après vingt ans de présence dans notre pays», a déclaré mardi le ministre congolais des A.E au cours d’une conférence de presse à Kinshasa.

She Okitundu a aussi confirmé que la RDC ne participerait pas à une conférence des donateurs prévue à Genève le 13 avril sous l’égide des Nations unies et de l’Union européenne.

Kinshasa estime que l’ONU et les ONG surestime l’ampleur de la crise humanitaire en RDC, classée en niveau maximum «d’alerte 3» (L3) par les Nations unies dans trois provinces (Tanganyika, Sud-Kivu et Kasaï).

Selon Okitundu, ce classement « projette une image de catastrophe extrême et généralisée assimilant la situation en RDC à certains pays du monde où se déroulent des guerres de haute intensité ».

La semaine dernière, Kinshasa a estimé à environ 230.000 le nombre des personnes déplacées par les violences en RDC, rejetant de nouveau les chiffres nettement supérieurs avancés par les humanitaires, soit 4,5 millions.

Le Conseil de sécurité a prorogé jusqu’au 31 mars 2019 le mandat de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (Monusco) avec pour priorité la protection des civils et la mise en œuvre du processus devant déboucher sur des élections le 23 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.