Le Roi Mohammed VI soumet au Sommet de l’UA une vision réaliste sur la migration africaine

Le Roi du Maroc, Mohammed VI a transmis ce lundi, au 30ème Sommet de l’Union Africaine (UA) qui se tient à Addis-Abeba en Ethiopie, sa proposition d’un Agenda Africain pour la Migration, un document conçu suivant une approche inclusive et participative et devant constituer une source d’inspiration pour « notre action future sur ce dossier ».
‘’Aujourd’hui, Je vous soumets un document constituant l’Agenda Africain pour la Migration conçu selon une approche inclusive et participative’’, explique le Souverain dans un message adressé à ses pairs africains et dont lecture a été donnée, ce lundi à Addis-Abeba, par le Chef du Gouvernement, Saad Eddine El Othmani.
Il s’agit d’un document qui découle de la concertation permanente entre le Souverain marocain et de nombreux Chefs d’Etat lors de leurs différents entretiens et contacts.
Pour le Roi du Maroc qui a reçu du 28ème Sommet de l’UA, le mandat de «Leader de l’Union Africaine sur la Question de la Migration», cet Agenda part de l’idée qu’il faut connaître le phénomène migratoire dans ses différentes dimensions pour mieux l’appréhender.
Dans son analyse, le Roi Mohammed VI estime qu’«il est temps de déconstruire, un à un les mythes associés à la migration» en Afrique, précisant qu’au premier plan «il n’y a pas de déferlante migratoire puisque les migrants ne représentent que 3,4% de la population mondiale, de même que la migration africaine est d’abord intra-africaine».

Aux yeux du Souverain marocain, «la migration n’appauvrit pas les pays d’accueil’’ puisque 85% des revenus des migrants restent dans ces pays et que «la migration est un phénomène naturel qui constitue la solution et non pas le problème».
Dans ce contexte, le Souverain prône l’adoption d’«une perspective positive sur la question de la migration en mettant en avant la logique humaniste de responsabilité partagée et de solidarité’’.
Une fois «ramenée à ses proportions réelles, loin des mythes qui en projettent une image scandaleusement déformée’’, a-t-il insisté, la migration demeure «un enjeu planétaire et crucial pour Notre continent’’ et mérite «une nouvelle approche afro-centrée conciliant le réalisme, la tolérance et la primauté de la raison sur les peurs’’.

Après la réintégration il y a un an, de «sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle africaine», le Maroc, a ajouté Mohammed VI, se réjouit «d’avoir contribué, aux actions menées, aux projets initiés et aux réunions tenues, sous l’égide de notre organisation’’. Le Royaume, a-t-il  promis, «continuera à faire siennes les causes nobles du continent et œuvrera inlassablement pour la consolidation de la paix, de la stabilité et du développement du continent».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.