Manifestations à l’est du Maroc suite au décès de deux jeunes dans une mine de charbon

La mort de deux jeunes adultes dans un puits clandestin d’extraction de charbon à Jerada, une petite province du nord-est du Maroc, a provoqué la colère des habitants qui manifestent par milliers depuis dimanche, contre la marginalisation de leur ville.

Ils étaient de nouveau rassemblés ce lundi à Jerada, pour dénoncer la «marginalisation» de cette ancienne ville minière, après la mort de deux jeunes frères, âgés de 23 et 30 ans, vendredi en effectuant des prélèvements de charbon dans les galeries clandestines d’une mine désaffectée. Leurs corps ont été extraits samedi et enterrés lundi.

Les manifestants, qui s’opposent à l’enterrement des deux frères en signe de protestation, ont notamment dénoncé «l’injustice» et la «marginalisation» de leur ville. Selon eux, «les conditions de vie difficiles» à Jerada, obligent les habitants à recourir à des travaux dangereux pour survivre.

En signe de solidarité, toute la ville observe une grève générale, a indiqué à la presse, Said Zeroual, un responsable local de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH).

«Chaque année, deux à trois hommes meurent en silence dans les mêmes conditions. Faute d’alternatives économiques, des jeunes souvent diplômés sont contraints de creuser des mines clandestines» pour survivre, explique pour sa part un acteur associatif local, cité par le média en ligne Yabiladi.

En effet, la ville de Jerada, située à une soixantaine de kilomètres de la ville d’Oujda, capitale de la région de l’Oriental, est connue pour avoir longtemps abrité une importante mine de charbon, où travaillaient encore quelque 9.000 ouvriers au moment de l’annonce de sa fermeture à la fin des années 1990.

Mais l’activité minière qui constituait la principale ressource des habitants est en perte de vitesse. «Malgré la fermeture de l amine, de nombreux habitants de Jerada (…) risquent leur vie pour aller récupérer du charbon dans les mines désaffectées», souligne sur son site l’hebdomadaire TelQuel.

Selon des données du Haut commissariat au plan (HCP), l’organisme statistique marocain, Jerada est l’une des communes les plus pauvres du Royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.