L’opposition anglophone absente de la « Fête de l’unité » au Cameroun

La fête nationale marquant la naissance d’un Etat unitaire au Cameroun a été boycottée samedi dernier, par de nombreux partis de l’opposition anglophone, sur fond de tension entre la minorité anglophone et le gouvernement de Paul Biya.

Jean Robert Wafo, chargé de l’information du principal parti de l’opposition anglophone, le Social democratic front (SDF) justifie ce boycott par le refus des autorités « d’écouter les revendications des populations des régions anglophones qui vivent depuis sept mois, un drame insoutenable ».

Cette fête est célébrée en souvenir de l’unification en 1972 des régions anglophones et francophones du Cameroun. Cependant, elle s’est tenue cette année  dans un contexte marqué par une profonde division dans le pays, née de la crise politique et sociale qui touche depuis novembre 2016 les régions anglophones du pays (nord-ouest et sud-ouest).

Depuis novembre 2016, la minorité anglophone, environ 20% de la population camerounaise estimée à 22 millions d’âmes, proteste contre sa marginalisation. La grève des avocats, suivie de celle des enseignants des régions anglophones, a dégénéré en crise socio-politique.

Certains anglophones exigent même l’instauration du fédéralisme alors que d’autres réclament la partition du pays. La plupart des administrations ne fonctionnent pas dans cette partie du pays. Si les cours ont repris par endroits après avoir été suspendus, les tribunaux restent paralysés.

Lors du défilé de samedi dernier qui a rassemblé 30.000 participants (civils et militaires) dans la capitale camerounaise, on pouvait lire sur des pancartes: «L’unité nationale est sacrée et non négociable».

Le gouvernement de Paul Biya, au pouvoir depuis 35 ans, a fortement réprimé les contestations de la minorité anglophone. L’internet avait été coupé pendant trois mois dans cette zone avant d’être rétabli le 20 avril.

Le procès de 27 personnes dont trois leaders camerounais de la contestation anglophone accusés d’«actes de terrorisme» a été renvoyé au jeudi  25 mai prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.