Fin de la première visite officielle de Mohammed VI au Soudan du Sud

Le Roi du Maroc, Mohammed VI a quitté jeudi soir Juba à destination du Gabon, au terme de sa première visite d’Etat de deux jours au Soudan du Sud, intervenue au lendemain du retour officiel du Royaume au sein de l’Union africaine (UA) avalisé le 28ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains à Addis-Abeba.

Le Roi du Maroc a été salué à son départ de l’aéroport de Juba, la capitale du plus jeune pays d’Afrique, par le président sud-soudanais, Salva Kiir Mayardit.

Indépendant depuis le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud, riche en pétrole, est en proie depuis trois ans, à d’intenses violences armés entre les rebelles menés par l’ancien vice-président, Riek Machar et forces gouvernementales loyales à Salva Kiir.

« Le Maroc est un pays avancé en plusieurs domaines, il dispose d’un meilleur savoir, d’une meilleure expertise dont nous allons bénéficier », a déclaré à l’occasion de la visite royale, le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères, Deng Alor.

Les relations entre le Soudan du Sud et le Maroc ont démarré en trombe avec la signature de neuf accords de coopération bilatérale dans divers domaines lors d’une cérémonie présidée par le roi Mohammed VI et le président Salva Kiir.

Ces accords et mémorandums d’entente portent sur des projets conjoints dans les domaines de la diplomatie, de l’investissement, de la fiscalité, de l’agriculture et des mines.

Aux termes de l’un de ces accords, le Maroc s’est engagé à apporter son assistance technique et financière au 0gouvernement sud-soudanais dans la construction de sa nouvelle capitale, le financement des études de faisabilité technique et financière de ce mégaprojet à hauteur de 5,1 millions de dollars.

Selon le ministre marocain de l’Intérieur, Mohamed Hassad, la gestion déléguée de ce projet, qui sera édifié dans la localité de Ramciel, à 200 km au nord de Juba, sera confiée au groupe d’aménagement marocain Al Omrane sous la supervision d’un comité conjoint appelé à se réunir au moins deux fois par an.

Les prémices d’un rapprochement plus soutenu entre Rabat et Juba sont apparus dès le 23 janvier, lorsque Mohammed VI avait ordonné le déploiement d’un hôpital de campagne dans la capitale sud-soudanaise, en préparation de sa visite, mais également à l’occasion du 28ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, où le Soudan du Sud s’est rangé dans le rang des 39 pays qui se sont prononcés en faveur de la réadmission du Maro au sein de l’UA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.