RDC: En l’absence d’un accord, les négociations reportées au 30 décembre

Le camp du pouvoir en République Démocratique du Congo (RDC) et celui de l’opposition se sont séparés samedi à Kinshasa, après 48 heures de négociations, sans parvenir à un accord pour sortir le pays de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président sortant, Joseph Kabila.

Cependant le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), Mgr Marcel Utembi a déclaré samedi que «le vendredi [30 décembre] sera le jour solennel au cours duquel l’accord sera adopté et signé ».

Après une nuit entière de discussions, « nous sommes arrivés au bout du tunnel », a assuré samedi Mgr Utembi, précisant néanmoins, que « la divergence sur la gestion consensuelle de la période transitoire a été aplanie à 95% ».

En effet, selon les grandes lignes de l’accord qui avaient été convenues jeudi soir, le texte en préparation prévoit l’instauration d’une période de transition politique permettant à Kabila de rester au pouvoir jusqu’à l’élection de son successeur fin 2017.

Toutefois, des désaccords subsistent selon Jean-Marc Kabund, secrétaire-général de l’UDPS, parti de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, autour notamment du partage du pouvoir pendant la période de transition, le poste de Premier ministre et le contrôle des provinces.

Les discussions directes entre pouvoir et opposition, pilotées par la Cenco, s’avèrent difficiles faisant planer l’incertitude sur la conclusion d’un éventuel accord d’ici à vendredi 30 décembre, comme annoncé.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un responsable à la Cenco, dépité, alors que les négociations piétinaient a confié à la presse : « notre classe politique est d’une médiocrité grave. Ils ont remis en cause tout ce que nous avions convenu la veille ».

Kabila qui est au pouvoir depuis 2001, a l’intention de postuler pour un troisième mandat, alors que la Constitution lui interdit de se représenter. Son second mandat s’est achevé le 19 décembre dans un climat de violences politiques et interethniques ayant fait une centaine de morts dans le pays.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.