Gabon-Présidentielle: Les parlementaires UE-ACP échouent sur une résolution commune

Les parlementaires européens et leurs homologues des pays Afrique, Caraïbes, Pacifiques (ACP) n’ont pas se mettre d’accord sur un projet de résolution commune portant sur la situation post-électorale au Gabon, après trois jours de négociations serrées, lors de la 32e assemblée parlementaire paritaire UE-ACP qui s’est tenue en début de semaine à Nairobi.

Les parlementaires européens proposaient un texte qui reprend les critiques de la mission d’observation de l’Union Européenne sur l’élection présidentielle gabonaise. Le point saillant de ce texte est un nouveau décompte des voix comprenant la comparaison des PV de la Cénap et de l’opposition pour la province du Haut-Ogooué.

Soutenue par plusieurs pays ACP, la partie gabonaise qui affirme qu’un tel processus serait contraire à la Constitution et l’a rejeté en bloc, bien que six représentants des pays ACP aient voté en faveur du projet de résolution soumis par les parlementaires européens.

Mardi matin, les négociations ont été momentanément suspendues lorsque les représentants de la Namibie, soutenus par la partie gabonaise, ont remis en doute l’impartialité et l’intégrité de la mission d’observation de l’Union Européenne, qui était représentée à Nairobi par sa directrice, la députée Européenne, Mariya Gabriel.

Ce sont donc deux textes au lieu d’un qui ont été présentés au vote ce mercredi. Si le texte du parlement européen «considère que les résultats officiels de l’élection présidentielle manquent de transparence et sont extrêmement douteux, ce qui a eu pour effet de mettre en cause la légitimité du président Bongo», le texte gabonais estime de son côté, que «les déclarations des observateurs de l’Union Européenne se situent au-delà de leur mission», se focalise sur «l’ouverture d’un dialogue apaisé entre tous les protagonistes de la crise électorale». Chacun des deux projets de résolution a été rejeté par la partie adverse.

Cependant, L’UE annonce qu’une nouvelle résolution sera préparée pour la prochaine session du parlement européen prévue mi- janvier, à Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.