Affrontements entre de jeunes ivoiriens et les forces de l’ordre à Yamoussoukro  

civDes affrontements ont opposé de jeunes ivoiriens aux forces de l’ordre, dans la nuit de mercredi à jeudi à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire, après la mort d’un jeune interpellé par la police.

D’autres affrontements du même genre ont fait auparavant plusieurs morts dans certaines localités du pays, situées principalement dans les zones tenues par l’ex-rébellion de Guillaume Soro.

Selon le témoignage d’un habitant de Yamoussoukro, « des jeunes ont attaqué le commissariat du 12ème arrondissement dans le quartier Dioulabougou. La confrontation a duré plusieurs heures dans la nuit de mercredi à jeudi ».

Une source sécuritaire parle avec inquiétude « d’un dérapage dangereux», précisant que les « assaillants » ont placé des pneus et de troncs d’arbres pour couper l’accès au commissariat, avant de lui donner l’assaut en empêchant ainsi l’arrivée de tout renfort.

Mercredi, quatre personnes, dont deux gendarmes, ont été tuées lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et les habitants du village de Neamoue, à 70 km de Bouna (nord-est de la Côte d’Ivoire), après un contrôle de la gendarmerie qui a dégénéré en coups de feu. La ville de Bouna avait été secouée en mars dernier, par des troubles ayant fait 19 morts.

En octobre, tous les policiers de la ville de Katiola (centre-nord) avaient été mutés après une bavure policière qui avait dégénéré en émeutes.

Les fréquents affrontements entre civiles et force de l’ordre deviennent une source d’inquiétude dans le  pays et posent à la fois le problème des bavures et le respect des forces de l’ordre, cinq ans après la fin d’une décennie de crise politico-militaire sanglante , qui a fait des milliers de victimes en Côte d’Ivoire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.