La France appuie le système judiciaire ivoirien a hauteur de 40 milliards de FCFA

ci-vallsLe Premier ministre français, Manuel Valls, actuellement  en visite officielle en Côte d’Ivoire, a procédé avec son homologue ivoirien Daniel Kablan Duncan, à la signature ce lundi à Abidjan, d’une convention d’affectation du projet de renforcement du secteur de la justice dans ce pays, dans le cadre du 2ème Contrat de désendettement et de développement (C2D) portant sur un montant de 40,60 milliards de FCFA.

Ce projet financé par la France fait partie des retombés du PPTE, un programme qui vise à soulager les pays très endettés. En Côte d’Ivoire, ce programme va permettre le renforcement du secteur de la justice à travers trois composantes à savoir: «faciliter l’accès à la justice par l’augmentation des capacités d’accueil des équipements du secteur, améliorer l’efficacité du système judiciaire en appuyant la formation des acteurs du système et améliorer les conditions des populations justiciables vulnérables».

Manuel Valls qui se trouve à Abidjan pour une visite de 48 heures en Côte d’Ivoire après s’être rendu au Togo et au Ghana dans le cadre d’une tournée ouest-africaine, a qualifié d’«importante» cette collaboration entre Paris et Abidjan, affirmant que «la France est très fière de son appui à la Côte d’Ivoire».

Par ailleurs, les chefs de gouvernement des deux pays ont signé deux autres conventions entre portant sur l’approvisionnement en eau potable des populations d’Abidjan et des provinces de l’intérieur.

Toujours en marge de sa visite à Abidjan qui s’est achevée hier lundi, le premier ministre français et son homologue ivoirien Duncan ont inauguré une usine de production d’eau Portable à Adonkoi (Anyama) dans la périphérie nord d’Abidjan. Cette unité vient augmenter de 5000m3/J, la capacité d’alimentation en eau potable de la capitale économique ivoirienne, notamment les quartiers d’Abobo N’Dotré, Anyama et Songon.

Les travaux de réalisation ont été financés par l’Agence française de développement (AFD) pour un coût de 29 milliards CFA toujours dans le cadre du contrat de désendettement et développement (C2D).

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.